samedi 31 mai 2008

Tomás Le Templier De Manjarín











Après la loooooooongue traversée de la Meseta voici venu le temps de passer la cordillère cantabrique, et sa première crête représentée par les Montes de León. Le pèlerin monte progressivement au départ d'Astorga, passe le village plus ou moins abandonné de Foncebadón, et arrive au point culminant du Camino, la Cruz de Hierro ou Puerto de Foncebadón. Quelques kilomètres plus loin,il débouche sur Manjarín où il est frappé de trouver, isolé au milieu de ces montagnes, à 1450m d'altitude, un refuge d'aspect surprenant. C'est celui de Tomás, "le dernier des templiers".
La description du refuge est :
"pas de sanitaire; pas d'eau courante; hospitalité dans l’esprit médiéval;"
Comme il est expliqué dans ce site :
"Trois quarts d'heure plus tard nous atteignons l'ancien village de Manjarin également en ruine. Le seul bâtiment où on trouve signe de vie est le refugio de Tomás, le refuge le plus pittoresque du Camino avec son hospitalero qui ressemble aux murs, plutôt folklorique. Tomás est un ex homme d'affaires madrilène. Après avoir marché le pèlerinage il a décidé de changer de vie et de passer le reste de son existence au service des pèlerins. Il a dit adieu à son travail et à sa famille, qui ne pouvaient pas le comprendre, et a commencé une nouvelle vie spirituelle d'ermite dans les montagnes. Il a remis sur pieds une grange en ruines, ajouté quelques constructions provisoires et les a agencés en refuge. Pour moi, j'ai l'impression d'entrer dans un lieu, synthèse de la maison de Fifi Brindacier et d'un bateau pirate échoué. Tomás, qui porte les cheveux long et barbe, aurait pu tenir le rôle principal de Jésus dans 'Jésus Christ Superstar'. Il prépare lui-même les repas pour ses invités. Les équipements sanitaires sont sommaires et le refuge ne me semble pas très propre."

Enfin, ermite, avec 100000 personnes qui passent par an...

Foultitude de photos sur Internet, Flickr, avec même une page faite par lui même, et des vidéos sur Youtube :



Aucun commentaire: